archive

LAURE ET SARAH

La jeune fille et la mort 2010

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La jeune fille et la mort / La fleur. Etrange Végétation. / Comme une Bizarrerie du marchand de sable. / Des histoires vraies, des histoires tristes, des histoires absurdes. / Il en connaît, des histoires, le marchand de sable. / Quand il a bondi, ce soir, dans ta chambre, / C´était pour te raconter une histoire cochonne. / Je suis le marchand de sable et je commande aux rêves. / Tu es restée éveillée trop longtemps. / Tu devrais dormir. / Attachée au lit, / le marchand de sable t´a offert une couronne de fleurs. / Senteur de sexe et de mort. / Tu t´es débattue, et tu as hurlé. / Ce que tu fais en dormant t´étonne toi même? / Regarde, regarde toi, regarde comme tu rêves. / La fleur. Etrange végétation. / Comme un monstre contre lequel on se défend. / J´avais reçu mes ordres de l´Amour en personne, / et je t´avais compté mes plus beaux rêves. / Tu devais, le savoir, non? / Et tu m’as laissé croire que tu écoutais mes mots. / Ingrate. / Ingrate qui ne mérite pas de rêver. / Et tu voudrais déjà l´oublier, ce rêve là, n´est-ce-pas? / Tu voudrais l´oublier parce que tu es une idiote,  / et que tu repousses sans cesse nos rencontres. / La fleur. Etrange végétation. / Comme un cadeau que l´on refuse. / Mais moi, je dis. Je montre. Je mets en évidence. / Je suis le marchand de sable, et je n´ai aucune patience.
Ça aussi, tu aurais dû le savoir. / Et même si tu voulais m´écouter ce soir. / Non. / J´ai terminé, fillette. / Cette nuit, c´est mon frère qui te racontera une histoire à ma place.  / Il te la racontera pendant que je pleurerai de rage. / Oui. / Il te la racontera. / Avant que je ne te haïsse. / Le frère du marchand de sable ne connaissait que deux histoires. / L´une était belle, l´autre ne l´était pas. / Peut être as tu déjà entendu parler de mon frère. / Certains l´appellent, « la Mort ». / La fleur. Etrange végétation.
Comme pour égayer une tombe.

Texte Côme Laffay © 2010. Tous droits réservés.

LAURE ET SARAH

Reste l'esprit 2009

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Reste l’esprit / Sur le coup, j’ai compris Charlot / Au moins ça m’aurait fait rire,  / La vie avec un clown / Par habitude, j’ai dit merci / Puis j’ai poussé la porte, sans bruit. / Sur la plage le vent les embruns les cris / De la mer face à moi / Le vide / 16 heures. Le gourmand aujourd’hui ne sera pas coupable. / Et ce soir, la tête sur l’oreiller, / Il sera doux de croire avec l’Aimée, / Que l’amour est éternel / Comme la nuit / Debout devant la glace nu comme un ver / J’ai imaginé / Ce que deviendrait ma vie cet enfer / D’ici quelques années / Parfois j’ai pleuré comme on dit / Pour évacuer / Mais je ne suis pas un Triste c’est ainsi / Et c’est la vie que je choisis / si je l’ose / Maman s’était réjouie :  » Tu es un grand! » / Fini les roulettes, je pédalais fièrement. / J’irai m’asseoir et rouler de nouveau / Puisqu’il le faut / A bord de ce vaisseau, défier le temps. / Quelques notes de swing et le goût du chocolat / Comme pour oublier. / Le fantassin en armure, fragile, / Et le pantin ballant, suspendu par ses fils / N’ignorent plus / Qu’ils sont immobiles. / Ma main figée pétrifiée / Pour toi ne cueillera plus / Ni les fleurs ni les mots / Dont je noircissais les feuilles. / Elle attend / Celle qui lui sera tendue. / Ma bouche bâillonnée muselée / Se tait en non-dits / Elle ne croquera plus  / ni le fruit sucré ni tes joues rosées / Elle attend / Les doux baisers par toi déposés. / Un à un / Les fils rompent et les nœuds sont dénoués / Les câbles les boulons déboulonnés / Le corps meurt  / Tout entier / Reste l’esprit / Qui vogue vague voyage / Frémit en pensée / Car il n’existe pas  / Celui qui enfermera / Les rêves / Il n’existe pas / On ne tue pas les rêves  / ça n’existe pas. / Les rêves. / Rêver, Comme pour oublier

Texte Sophie Even © 2009. Tous droits réservés.

LAURE ET SARAH

BIOGRAPHIE

Entre Paris et Berlin, Sarah Bouchet et Laure Capdevielle, diplômées ESAG Penninghen 2009, Laure spécialisée en Architecture Intérieure/Design,
Sarah en Arts Graphiques avant qu’elles ne se consacrent ensemble à la photographie. Finalistes du KL Photo Awards 2010, Sarah et Laure ont exposé leur premier projet « Portraits de ville » à l’ « Annexe Galerie » de Kuala Lumpur. Et pour ce travail elles ont reçu le prix « Coup de cœur » de la bourse du talent.

Leur second projet « la jeune fille et la mort », inspiré librement du conte d’Andersen « Le marchand de sable », donne lieu à leur première exposition personnelle.

 LAURE ET SARAH

FACEBOOK/LAURE ET SARAH

Laure et Sarah