archive

EMMA BARTHERE

Pieds Nus

Ce diaporama nécessite JavaScript.

PIEDS NUS / Nous traversons usines en friche, ateliers délabrés, hangars défraichis, entrepôts à l’abandon. Et soudain dans ces ruines, triomphe une jeune femme nue. Instaurant une sérénité dans ces décors flétris aux tonalités ocre, cette nymphe dans son domaine nous fait divaguer vers une vision pompéienne de notre ère industrielle pourtant si proche. Or, il ne s’agit pas ici d’une résurrection, elle porte bien en elle l’humanité de tous les jours, quelque chose d’actuel, loin de la représentation de l’inaccessible. De notre présence, elle en est consciente et en est même sensible.
L’impatience conduirait notre regard aux clichés, or les provocations et les dichotomies avec lesquelles Emma Barthere se plaît de jouer, offrent à ses photographies de nus une toute autre dimension.

EMMA BARTHERE

GALERIE HAUTEFEUILLE

Un portfolio en édition limitée aux éditions Chez Higgins.

Publicités

BIOGRAPHIE

Née en 1982 dans les montagnes pyrénéennes, c’est en 2003, après des études de théâtre et d’art plastique à Bordeaux, qu’Emma Barthere s’installe à Paris suite à son admission à l’école de l’image Les Gobelins. Diplômée en 2005, elle assiste divers grands photographes et appréhende des univers aussi différents que la presse, le luxe ou la mode.
En 2008, à l’occasion d’une rencontre organisée par la Maison Européenne de la Photographie, elle fait la connaissance de l’éditeur Eric Higgins qui l’encourage dans sa recherche personnelle.
La même année, elle se lance en tant que photographe indépendante et réalise ses premières expositions en galerie. S’affirme alors chez elle l’attrait pour les espaces épurés, souvent industriels, toujours poétiques où elle aime à mettre en scène ses modèles.
« Si les Gobelins m’ont permis d’assimiler d’indispensables notions techniques, mes études théâtrales sont celles qui, en définitif, influencent aujourd’hui mon travail.
Je conçois chaque image comme le témoignage d’une mise en scène que l’instant photographique viendrait figer au moment précis où décor et modèle s’accordant, rendent l’essence même de l’histoire. L’avant/après, le off, ce que l’on ne voit pas, se construit au gré de l’imagination du spectateur. »
La photographe Emma Barthere se passionne pour les lieux désaffectés, les anciennes usines, les entrepôts, et tout ce qui constitue les vestiges de notre patrimoine industriel et ‘l’ archéologie urbaine.

Passionnée par le portrait l’humain reste au centre de son travail.

EMMA BARTHERE

GALERIE HAUTEFEUILLE